Patrimoine de proximité et vue cavalière

Le podcast

Vue cavalière de Guingamp, une petite cité de caractère, par Damien Cabiron

Le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis.

Ernest Renan

11 mars 1882, conférence, La Sorbonne.

Les ressources

01

Des pistes pédagogiques et des fiches pour élaborer un projet patrimoine avec le Vademecum à destination des professeurs des écoles, de l’Institut national de l’histoire de l’art (INHA) 

02

Un document de référence réalisé par l’IFE Institut française de l’éducation : “Éducation au Patrimoine : mémoire, histoire et culture commune” – par Marie Musset

03
Dans le cadre du partenariat entre la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais et le Cnam-INSEAC, vous pouvez assister en replay à la présentation du 17 mai. Sonia Brunel nous parle de la perspective cavalière en la confrontant à des oeuvres d’art majeures.

Tout a commencé par un choc psychologique. A l'âge de huit ans, je suis monté sur une colline proche de la ville de Cavaillon. Sur ce site celtique, j'ai trouvé une pointe d'amphore. Cet objet, qui ne ressemble à aucun autre des objets usuels, m'a fait l'effet d'un aérolithe tombé d'une autre planète. Ce fut un choc éblouissant ! Je me souviens l'avoir d'abord déposé sur l'autel d'une petite chapelle, parce que c'était un objet consacré. Tout est parti de cette découverte. Mais ce choc n'implique aucune valeur, je tiens à le préciser : je savais que les Romains avaient vécu dans des temps reculés mais je n'avais aucune idée de qui ils étaient. Ce choc n'a donc rien à voir avec les valeurs romaines, l'histoire ou même l'idée de vocation, c'est un choc de science-fiction : un aérolithe venu d'une autre planète. Or, dans le milieu populaire et inculte qui était le mien, la seule planète connue était Rome. Je me suis donc mis à m'intéresser à Rome. Vous le constatez : aucune grande idée dans ce choix, mais tout simplement un choc romanesque. Ainsi qu'une certaine chance... En effet, mes parents ont ensuite déménagé pour s'installer à Lille. Or il y a là-bas un grand musée archéologique romain et je passais mon temps dans ce musée, obsédé par ce que j'y voyais. Un jour, le conservateur, intrigué par ce gamin qui se taillait de la classe pour se trimballer dans son établissement, m'a convoqué et s'est occupé de moi.

Paul Veyne

Vous aimez ce kit ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter

Découvrez nos autres kits